Yuko Sumigoto

YE Japan Earthquake

Ishinomaki, 13 mars 2011. Nous sommes deux jours après le terrible tsunami qui a ravagé la côte est de l’île principale du Japon au nord de Tokyo. Dans les décombres, Yuko a tout perdu. Cette femme de 38 ans cherche son fils, Raito, 4 ans, disparu depuis le moment où la vague fatidique s’est abattue sur l’archipel Nippon. Le petit garçon était comme chaque jour à l’école. Personne ne sait où il se trouve ni s’il est toujours en vie.

C’est à cet instant que Tadashi Okubo immortalise la scène qui fera le tour du monde et marquera comme un symbole le drame de Fukushima…

Le lendemain, Yuko retrouvera Raito dans une université, sain et sauf… Il avait pu se réfugier sur le toit de son école au moment où la vague mortelle submergeait la terre.

« Quand j’ai vu Raito dans un coin de la pièce, j’ai pleuré si fort que je voyais plus rien » se souvient Yuko. Elle passera de longues minutes à renifler et à embrasser l’enfant pour s’assurer qu’il s’agissait bien de son fils. Instinct maternel. Instinct de survie.

Depuis Yuko reconstruit sa vie. Tel un défi dans un Japon meurtri qui a perdu 20 000 de ses enfants dans un après-midi de fin d’hiver. A quelques jours du printemps… A quelques jours de la renaissance de la vie. Quand les premières fleurs de cerisiers se mettent à enflammer la vie…

Parce que Yuko n’est finalement que le plus bel exemple que quoi qu’il arrive la vie continue… A jamais… Et pour toujours.

Gomenasai ごめんなさい


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s